Information technique sur les vêtements de protection

Destinés essentiellement à protéger contre les salissures, les vêtements de travail permettent également de valoriser l’image des entreprises (personnalisation et uniformisation pour l’ensemble du personnel) et sont souvent de réels outils pour améliorer le travail, grâce à leurs fonctionnalités.

 

Les vêtements de protection, quant à eux, protègent contre des risques spécifiques et font l’objet de normes. De nombreux vêtements offrent aujourd’hui une protection contre plusieurs risques à la fois. Technicité, qualité, fonctionnalité, polyvalence, design, ergonomie, confort sont aujourd’hui des exigences de base pour la protection du corps.

 


Quels sont les risques encourus ?

les travailleurs peuvent être confrontés à de nombreux risques :

  • Mécaniques : coupures, chocs, …,
  • Chimiques : poussières, éclaboussures ou projections de produits chimiques, …,
  • Biologiques : contamination par un virus, une bactérie, …,
  • thermiques : froid, chaleur, projections de métaux en fusion, …,
  • liés à la contamination radioactive,
  • liés aux intempéries,
  • liés à l’accumulation de charges électrostatiques,
  • liés à une mauvaise visibilité,
  • liés à un arc électrique.

Comment choisir la protection adaptée ?

il vous faut déterminer :

  • les risques que vous encourez (chimiques, thermiques, mécaniques, électriques …),
  • les contraintes liées à votre poste, à votre environnement et à vos conditions de travail (gestes, postures, température ambiante, utilisation de machines, conduite de véhicule, …),
  • vos besoins en terme de confort et d’ergonomie (vêtement imper-respirant, coupe ample ou ajustée, design moderne, …).

les exigences générales concernant les vêtements de protection  sont définies dans la norme en 340 : 2004. elle est complétée par d’autres normes, en fonction du type de vêtements de protection.


les différents types de vêtements de protection


Vêtements de protection contre les intempéries et le froid :

picto en 342 : 2005 vêtements de protection - ensembles vestimentaires et articles d’habillement de protection contre le froid.

EN 342 : 2005 vêtements de protection – ensembles vestimentaires et articles d’habillement de protection contre le froid.

 

Performances requises : protection contre les environnements froids – humidité et vent à une température d’air inférieure à -5°C.

le pictogramme est accompagné de quatre valeurs :

a : Valeur de l’isolation thermique résultante de base mesurée sur un mannequin mobile (icler), en m2k/w + (type des sous-vêtements).

b : Valeur de l’isolation thermique résultante mesurée sur un mannequin fixe (icler), en m2k/w + (type des sous-vêtements) optionnelle.

types des sous-vêtements :

B = sous-vêtements de référence pour tenues et combinaisons : chemise avec manches longues, caleçon long, sous-vêtements thermiques additionnels, chaussettes, pantoufles en feutre, gants tricotés, balaclava.

C = sous-vêtements spécifiés par le fabricant.

R = sous-vêtements de référence lorsque uniquement une veste ou un pantalon est mesuré. dans ce cas, le sous-vêtement thermique additionnel est remplacé par une chemise et des vêtements de travail légers. la valeur icler de tous ces sous-vêtements est +/- 0,185 m2k/w.

c : Classe de la perméabilité à l’air AP en mm/s (de 1 à 3) plus la valeur est élevée, moins le produit est perméable à l’air et protège du vent.

d : Classe de résistance à la pénétration de l’eau WP en pa/min (de 1 à 2; 2 indiquant la meilleure étanchéité) – optionnelle.

Un x indique que le test n’a pas été réalisé.

Un 0 indique que le produit n’a pas obtenu la note minimale à ce test.


en 14058 : 2004 vêtements de protection - articles d’habillement de protection contre les climats frais.

EN 14058 : 2004 vêtements de protection – articles d’habillement de protection contre les climats frais.

Performances requises : protection légère contre les climats frais – humidité et vent à une température d’air supérieure ou égale à -5°C.

le pictogramme est accompagné de cinq valeurs :

a : Classe de la résistance thermique rct (de 1 à 3;3 indiquant la meilleure isolation thermique).

b : Classe de perméabilité à l’air ap en mm/s (de1 à 3; 3 indiquant la meilleure protection contre le vent) – optionnelle.

c :Classe de résistance à la pénétration de l’eau Wp en pa/min (de 1 à 2; 2 indiquant la meilleure étanchéité) – optionnelle.

d : Valeur de l’isolation thermique résultante de base mesurée sur un mannequin mobile (Icler) en m2 K/W+ (type des sous-vêtements) – optionnelle.

e : Valeur de l’isolation thermique résultante mesurée sur un mannequin fixe (Icle) en m2 K/W + (type des sous-vêtements) – optionnelle.

Un X indique que le test n’a pas été réalisé.

Un 0 indique que le produit n’a pas obtenu la note minimale à ce test.


EN 343+A1 : 2007 Vêtements de protection - Pro- tection contre la pluie.

EN 343+A1 : 2007 Vêtements de protection – Protection contre la pluie.

 

 

Le pictogramme est accompagné de deux valeurs :

  • en haut à droite = classe d’imperméabilité à l’eau (de 1 à 3; 3 indiquant la meilleure imperméabilité).
  • en bas à droite = classe de respirabilité (de 1 à 3; 3 indiquant la  meilleure respirabilité).

 


Vêtements de protection à haute visibilité 


EN 471+A1 : 2008 Vêtements de signalisation à haute visibilité pour usage professionnel - méthodes d'essai et exigences

EN 471+A1 : 2008 Vêtements de signalisation à haute visibilité pour usage professionnel – méthodes d’essai et exigences

Pour ces vêtements, le pictogramme est accompagné de deux valeurs :

  • en haut à droite : classe du vêtement, basée sur la superficie minimale des matériaux fluorescents  et rétro-réfléchissants (de 1 à 3; 3 indiquant la plus exigeante en terme de visibilité).

classe 1 : inappropriée aux travaux le long des voies publiques.
classe 2 : travaux routiers avec une vitesse maximale de 50km/h.
classe 3 : le long des voies où une vitesse supérieure à 50 km/h est autorisée.

  • en bas à droite : indice de classe de performance photométrique des matériaux rétro-réfléchissants (de 1 à 2; 2 indiquant la meilleure performance de réflexion).

 


Vêtements de protection contre les risques mécaniques :


 

EN 381-5 : 1995 Vêtements de protection pour utilisateurs de scies à chaîne tenues à la main - exigences relatives aux protège-jambes.

EN 381-5 : 1995 Vêtements de protection pour utilisateurs de scies à chaîne tenues à la main – exigences relatives aux protège-jambes.

EN 381-2 : 1995 méthodes d’essai pour les protège-jambes.

Il existe trois types de protection des jambes :

Les types A et b offrent une protection essentiellement à l’avant des jambes et sont destinés à être utilisés par des forestiers pro- fessionnels ayant été informés et formés.

le type c offre une protection à l’avant et à l’arrière des jambes et est destiné à être utilisé par des non-professionnels ou dans des conditions plus extrêmes (travail en hauteur par exemple).

On distingue également trois classes, selon la vitesse de la chaine lors de l’essai :

  • classe 1 : 20 m/s
  • classe 2 : 24 m/s
  • classe 3 : 28 m/s

 

EN 381-11: 2003 Vêtements de protection pour utilisateurs de scies à chaîne tenues à la main – exigences relatives aux vestes de protection

EN 381-10 : 2003 méthodes d’essai pour les vestes de protection

 On distingue quatre classes selon la vitesse de la chaine lors de l’essai :

  • classe 0 : 16 m/s
  • classe 1 : 20 m/s
  • classe 2 : 24 m/s
  • classe 3 : 28 m/s

EN 510 : 1993 Spécifications des vêtements de protection contre le risque d’être happé par des pièces de machines en mouvement

 


Vêtements de protection contre la chaleur et la flamme


EN iso 11611 : 2008 Vêtements de protection utilisés pendant le soudage et les techniques connexes – remplace la norme EN 470

Ils peuvent être portés sur une journée de 8 heures à des températures normales.

s offrent une protection contre les petites projections de métal en fusion, le contact de courte durée avec une flamme et la cha- leur radiante provenant de l’arc.

Ils doivent fournir un certain degré d’isolation électrique, en cas  de contact accidentel avec un conducteur électrique à un voltage supérieur à approximativement 100 V en courant continu, dans des conditions normales de soudage.

Il existe deux classes de protection :

  • classe 1 : protection contre les risques faibles lors de tech- niques de soudage (uniquement des petites projections et une chaleur radiante faible).
    • Applications : soudage gaz, TIG, MIG, microplasma, par points,

MMA (avec électrode au rutile) – fraisage.

  • classe 2 : protection contre les risques plus importants lors de techniques de soudage (plus grandes projections et une cha- leur radiante plus élevée).
    • Applications : soudage MAG, MIG (high current), à l’arc, MMA (avec électrode basique ou cellulosique) – découpage plasma – coupage oxygène – gougeage.

Selon la méthode utilisée pour tester le produit à la propagation de la flamme, la classe sera suivie de A1 lors d’un embrasement horizontal et de A2 lors d’un embrasement latéral.

EN iso 11612 : 2009 Vêtements de protection contre les flammes et la chaleur émise par convec- tion et rayonnement - remplace la norme EN 531

EN iso 11612 : 2009 Vêtements de protection contre les flammes et la chaleur émise par convection et rayonnement – remplace la norme EN 531 (exceptés ceux pour les soudeurs et les pompiers).

Ils peuvent offrir une protection contre le contact de courte durée avec une flamme, contre la chaleur par contact, la chaleur émise par convection ou par rayonnement, contre les projections de métal en fusion et parfois même contre l’eau (optionnelle).

Le pictogramme est accompagné de lettres (en fonction du test réalisé) suivies d’un chiffre (en fonction de la méthode de test ou du résultat du test) :

A : propagation de la flamme :

  • A1 : lors d’un embrasement horizontal
  • A2 : lors d’un embrasement latéral

B : chaleur convective (durée d’exposition avant d’atteindre une hausse de température de 24°C) :

  • B1 : entre 4 et 10 secondes
  • B2 : entre 10 et 20 secondes
  • B3 : plus de 20 secondes

C : chaleur radiante (durée d’exposition avant d’atteindre une hausse de température de 24°C) :

  • C1 : entre 7 et 20 secondes
  • C2 : entre 20 et 50 secondes
  • C3 : entre 50 et 95 secondes
  • C4 : plus de 95 secondes

D : projections d’aluminium en fusion :

  • 01 : de 100 à 200 grammes
  • 02 : de 200 à 350 grammes
  • 03 : plus de 350 grammes

E : projections de fer ou cuivre en fusion :

  • E1 : de 60 à 120 grammes
  • E2 : de 120 à 200 grammes
  • E3 : plus de 200 grammes

F : chaleur de contact :

  • F1 : entre 5 et 10 secondes
  • F2 : entre 10 et 15 secondes
  • F3 : plus de 15 secondes

W : protection contre la pluie :

Le W est suivi de deux chiffes :

  • le premier correspond à la classe d’imperméabilité à l’eau (de 1 à 3; 3 indiquant la meilleure imperméabilité).
  • le deuxième à la classe de respirabilité (de 1 à 3; 3 indiquant la meilleure respirabilité).

Pour être conformes à cette norme, les vêtements doivent obliga- toirement satisfaire : au test de propagation de la flamme (code A1 ou A2) et à au moins un test parmi les cinq suivants (codes B à F).

EN iso 14116 : 2009 Vêtements de protection contre la chaleur et à propagation de flamme limitée

EN iso 14116 : 2009 Vêtements de protection contre la chaleur et à propagation de flamme limitée – Matériaux, assemblages de matériaux et vêtements à propagation de flamme limitée.

Confectionnés dans des matériaux retardateurs de flamme, ces vêtements  brûlent,mais de manière limitée et s’éteignent lorsqu’on enlève la flamme.

Selon le résultat au test de propagation des flammes, on distingue trois indices :

indice 3 : le matériau offre la meilleure protection contre la propagation des flammes. Le temps d’embrasement et le temps de rougissement est de maximum 2 secondes.
Aucun trou et aucune goutte ne se forme.

indice 2 : le matériau s’éteint avant que le bord de l’échantillon ne soit atteint. Aucun temps maximum d’embrasement n’est requis. Les autres points sont semblables à l’indice 3.

indice 1 : aucun trou ne se forme. Les matériaux portant l’indice 1 ne peuvent pas être portés sur la peau.

Sous le pictogramme, à côté de l’indice peuvent également être indiqués : le nombre de lavage, ainsi que la méthode et la tem- pérature de lavage; exemple : 25H/30 : 25 lavages domestiques à une température de 30°.

h : lavage domestique – i : lavage industriel – c : lavage chimique


Vêtements de protection contre les produits chimiques :


on distingue trois catégories de risques :

  • Catégorie 1 – Risques mineurs
  • Catégorie 2 – Risques intermédiaires
  • Catégorie 3 – Risques graves ou mortels

Et six types de protection :

  • Type 1 : Vêtements étanches au gaz
  • Type 2 : Vêtements non étanches au gaz
  • Type 3 : Protection contre les produits chimiques liquides sous forme de jets (projection violente)
  • Type 4 : Protection contre les produits chimiques liquides sous forme de pulvérisation
  • Type 5 : Protection contre les produits chimiques solides en suspension dans l’air
  • Type 6 : Protection contre les produits chimiques liquides sous forme de petites éclaboussures

PB signifie que la protection du corps est partielle.

EN 14605 : 2005 +A1 : 2009 Vêtements de protection contre les produits chimiques liquides

EN 14605 : 2005 +A1 : 2009 Vêtements de protection contre les produits chimiques liquides – Exigences de performances relatives aux vêtements dont les éléments de liaison sont étanches aux  liquides

(type  3  =  EN  466 ou  type Pb(3) = EN 467) ou aux pulvérisations

(type 4 = EN 465 ou type Pb(4) = EN 467).

 

 

 

EN 13982-1 : 2004/A1 : 2011 Vêtements de protection à utiliser contre les particules solides

EN 13982-1 : 2004/A1 : 2011 Vêtements de protection à utiliser contre les particules solides

Partie 1 : exigences de performance des vêtements de protection contre les produits chimiques offrant une protection au corps entier, contre les particules solides transportées par l’air (type  5).

 

EN 13982-2 : 2005 Vêtements de protection à utiliser contre les particules solides

Partie 2 : méthode d’essai pour la détermination de la fuite vers l’intérieur, d’aérosols de fines particules dans des combinaisons.